AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 „Si tu n'as rien à dire de plus beau que le silence alors tais toi.“ ϟ Elysabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ϟ Parchemins écrits : 766
ϟ Drachmes : 935

avatar
Jaxson D. Hìrsh
MessageSujet: „Si tu n'as rien à dire de plus beau que le silence alors tais toi.“ ϟ Elysabeth Mar 31 Juil - 9:49



Elysabeth & Jaxson




“La vie c'est comme la mer : il y a des hauts et des bas, ça vient et ça s'en va...„




Il n'y avait rien de plus beau que les reflets de la nature au soleil levant. Depuis son arrivée sur l'île de Diane, Jaxson se réveillait aussi tôt que possible pour profiter de cette beauté incontestée et incontestable. En tant que fils de Cérès, le jeune homme vivait au plus proche de la nature sans pour autant se désintéresser des autres. Ce matin-là ne dérogerait pas à la règle, il profiterait de ce lever de soleil comme si c'était le dernier. Se devait être son sixième ou septième réveil bien matinale sur l'île, une île qu'il appréciait à sa juste valeur, mais sur laquelle il se sentait un peu à l'étroit. Une île sur laquelle il n'avait aucune attache. Le garçon s'était extirpé de son dortoir à pas de souris pour ne déranger aucun de ses compagnons d'armes. Un étirement sommaire et le voilà qui s'en allait. Un passage dans le champ de fleur pour se mettre en jambe et s'enivrer des essences que lui offrait la terre. Un arrêt au lac pour s'humidifier le visage et quitter pour de bon les bras de Morpheus. Une légère brise venait à frapper son visage telle une caresse. Un sourire satisfait sur le visage annonciateur d'une journée plus ou moins banale sur ce bout de rocher au milieu de l'océan. Son petit rite du matin fait, il prit la direction de la plage, l'endroit d'où il pouvait voir la mer se lever au rythme de l'avancement du soleil dans le ciel.

Les pieds nus, le pas lent mais décidé, le garçon se rapprochait de sa destination. Au détour du sentier, la plage se profilait. Le bruit des vagues et l'odeur de cette eau iodée activèrent les sens du romain. Les mains au fond des poches de son jogging, le garçon profitait du calme et de la prospérité qui régnait de bon matin et qui au fur et à mesure de la levée du corps laisserait place à une horde de dyslexiques hyperactifs survoltés qui n'attendaient que les entraînements pour en découdre. Hìrsh n'arrivait pas à se faire de la présence des graecus sur l'île. Pour lui, il n'était rien qu'une petite bande de foutriquets. Leur enseignement était bien loin de celui que l'on inculquait aux romains. Ordre et discipline ne devait pas vraiment être leurs maîtres mots. A part s'amuser, Jaxson ne voyait rien de bon en eux. Il se méfiait plus de leur présence qu'autre chose. En cas d'affrontement, le garçon ferait plus attention à ses flans et ses alliés qu'à ses ennemis. Et après tout, les petites querelles gréco-romains, c'était dans l'air du temps. La haine réciproque des romains et graecus ne datait pas d'hier. Malgré son ouverture d'esprit, le sang-mêlé n'avait aucune envie de faire le premier pas vers ces paltoquets. Quant à la présence des chasseresses, il trouvait cela plus ou moins agréable, à partir du moment où ces dernières ne venaient pas à lui planter une flèche dans l'arrière train.

Alors qu'il se perdait dans ses pensées, Jaxson sentit le sable sous ses pieds. Il s'arrêta net, planta ses pieds aussi profond qu'il le pouvait avant de se laisser tomber dans le sable blanc. Le jeune homme ferma les yeux et prit une grande bouffée d'air frais. Un lavage de poumons dont il avait vraiment besoin après avoir humé les odeurs fétides qui flottaient dans les dortoirs. Hìrsh s'étira une ultime fois. Son regard se posa sur l'horizon, tandis que les premières lueurs du jour perçaient la couche de brume qui ondoyait au-dessus des vagues. Le visage du demi-dieu se figea. En moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, cette énorme masse enflammée grimpait dans le ciel. Jaxson souriait comme un enfant le jour de Noël. Il suivait le soleil des yeux, sans perdre une seule miette de ce spectacle dont il ne se lassait pas du tout. C'est qu'il en redemanderait presque. Le jeune homme se remit alors sur ses jambes et plongea ses mains dans ses poches. Alors que l'astre de feu dominait le ciel, un coup de vent lui arracha un frisson. Son attention était entièrement portée sur l'horizon qui petit à petit se faisait moins brumeuse. Il regarda du coin de l’œil ses arrières. Il avait cette impression d'être épié.




Revenir en haut Aller en bas
ϟ Parchemins écrits : 22
ϟ Drachmes : 42

avatar
Elysabeth R. Swan
MessageSujet: Re: „Si tu n'as rien à dire de plus beau que le silence alors tais toi.“ ϟ Elysabeth Mar 31 Juil - 13:44
Jaxson & Elysabeth
„Si tu n'as rien à dire de plus beau que le silence alors tais toi.“
.
.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'immortalité est une chose qui fait envier plus d'une personne. Cette faculté a rester figé à un âge bien précis et ne plus à se soucier de la mort qui nous guette comme une épée de Damoclès positionnée au-dessus de nos têtes. Certains vous diraient sûrement que l'éternité est lassant, qu'elle ne devrait pas exister mais d'autres ne verrait pour ça que du positif, et ça c'était le cas d'Elysabeth, enfin, c'était le cas avant ces deux dernières années. En effet, elle avait joui de l'immortalité depuis huit ans, depuis qu'elle avait prêté serment mais ces deux années passés sans la personne qui lui avait permis de faire un nouveau départ avaient été beaucoup moins belles que les précédentes. Les Chasseresses n'avaient jamais été aussi peu heureuses, elles avaient de plus en plus de mal à sourire et ceux à cause d'une chose, d'une personne plutôt. Le titan Cronos, lui qui avait engendré tant de mal depuis sa renaissance. Elysabeth ne cessait de repenser à sa déesse qui se battait comme une lionne pour protéger les arrières des futurs résistants. Elle se réveillait souvent en sueur avec ces images en tête, ce fut le cas ce matin là.

Sachant qu'elle n'avait aucune chance de se rendormir, elle décida de se lever et de profiter de la fin de la nuit pour se ressourcer. Elle aimait profiter de l'éclat de la lune sur ses longs cheveux blonds qui tombaient le long de son dos, elle aimait aussi sentir sa peau devenir blanche. Il fallait aussi mettre ça sur le compte de sa nouvelle soeur, Artémis, la déesse qui était associée à la lune, cela lui rappelait cette dernière qui avait disparue avec tous les autres dieux de l'olympe - ou presque. Elle prit donc la direction de la cascade où la lune étincelait le plus. C'est avec sa dague, son arc et son carquois sur le dos qu'elle partit en courant. La vitesse à laquelle elle courrait aurait pu être jugée de rapide par toutes les personnes normalement constituées mais pour la jeune femme, cette vitesse était normale, voir même lente, ses dons de chasseresses lui permettaient de courir plus vite que la normale. Elle arriva donc rapidement à la cascade où, comme prévue, la lune l'attendait.

Ce lieu était tout simplement magique, pour cause, il appartenait à Artémis, mais outre ce fait, il inspirait pour la chasseresse un lieu où elle se sentait bien. Et ceux qui la connaissent sauront vous dire que depuis qu'elle a apprit qui elle était réellement, elle ne s'était jamais sentie ainsi. Elle ralentit l'allure en entendant l'eau tombée lourdement dans la petite réserve d'eau qui avait creusée dans la pierre formant désormais un petit bassin. En regardant ce dernier, Elysabeth fut tentée de pénétrer dans cette eau mais après une hésitation, elle décida de juste se tremper la tête. Suite à cela, elle s'assit près du bassin et se mit à repenser à sa vie de petite fille. Ce fait eut le don de la plonger dans un sommeil profond, chose qui ne se serait jamais passé si elle était restée dans le dortoir. Mais à son grand soulagement, ce sommeil ne fut troublé par aucun rêve. Quelques heures plus tard, ce n'est plus l'éclat de la lune qui veillait sur elle, mais plutôt le soleil chaud malgré l'heure très matinale. C'est cette chaleur qui l'eut réveillée. Elle ne mit que très peu de temps à se mettre debout et regarda instinctivement le soleil pour se donner une idée de l'heure qu'il était. Très tard à ne pas en douter. Il était cependant tant qu'elle rentre au dortoir pour voir ses soeurs.

La jeune chasseresse se remit donc à courir mais cette fois-ci dans le sens contraire à cette nuit. Alors qu'elle passait devant la plage, elle aperçut quelque chose qui différait de ce qui s'y trouvait habituellement. En effet, planté sur le sable fin, se trouvait un jeune homme qui semblait subjugué par l'horizon. Peut-être avait-il vu quelque chose qui suscitait une telle attention. Swan se surpris à suivre le regard du jeune homme qu'elle n'avait encore jamais vu mais ne vit rien de particulier. Elle s’apprêtait à partir mais lorsqu'elle regarda une seconde fois le jeune homme, elle n'eut d'autres choix que de rester planter sur place. Maintenant que ce dernier l'avait vu, elle ne pouvait fuir sans un mot. Elle fit donc quelque chose qui l'étonna, elle s'approcha du jeune homme en détaillant chacune de ses facettes. Elle avait du mal à savoir ce qu'il pensait, elle ne pouvait voir qu'une tignasse brune surplombant un visage neutre, ses sourcils légèrement arqués ne témoignaient d'aucuns sentiments. Il ne faisait rien pour l'aider! Elle qui depuis plus de huit ans avait du parler à moins de dix hommes. Elle ne savait pas comment engager la conversation. Décidant de faire simple elle s'exclama:


" Euh Bonjour. Désolée d'avoir interrompu ta.. Elle semblait chercher le mot qui convenait puis continua: .. contemplation. Je me suis juste demandée si tu avais vu quelque chose de dangereux. Je ne pense pas que ce soit le cas, en tout cas je n'ai rien détecté. Bref.. tu as sûrement autre chose à faire que de parler avec moi.

Elysabeth espérait au fond d'elle qu'il répondrait par l'affirmatif. Elle pourrait ainsi le congédier sans qu'il n'en fusse vexer. Se rappelant qu'elle ne lui avait même pas dit son nom elle hésita à lui dire puis coupant cours à ses réflexions, elle dit:

Au fait... Je m'appelle Elysabeth Swan. "

Elle tenta un sourire bien qu'elle n'était pas à l'aise. Elle ne savait pas vraiment quoi faire et ce à chaque fois qu'elle était avec un homme qu'elle ne connaissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
 

„Si tu n'as rien à dire de plus beau que le silence alors tais toi.“ ϟ Elysabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Parfois il n'y a juste rien à dire [pv Laksh'Mi]
» Quand on a rien a dire d'intéréssant...
» Lorsque ton passé t'appelle, ne répond pas. Il n'a rien de nouveau à te dire > Aidy ♥︎
» Compatibilité des prénoms, ça veut rien dire, mais c'est tellement drôle
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La légende de HoO :: L'ÎLE D'ARTÉMIS :: LA PLAGE-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit